La Bissette, la hype de la plaine


17 Rue André Poggioli, 13006 Marseille | Itinéraire | Site web | 06 75 00 39 03

“Manger, boire, danser” et bien-sur embrasse qui tu veux.(Dans le respect de la personne et de son consentement évidement). C’est par cette formule toute simple que ce nouveau lieu de fête, bar à cocktails entend prendre sa place dans la scène festive marseillaise. Entre le Cours Julien et la Plaine, face au toujours aussi populaire Bar du Champ de Mars, La Bisette se démarque par son cadre hyper sexy (relooker l’agence d’architecture Marion Bernard.), ses cocktails et son public hype dans un quartier plus habitué au roots et au punk.

A travers la première salle et sa table bistrot attenante, on aperçoit à travers le petit comptoir central. Les néons et les rideaux en vinyle créent cette ambiance sombre qui promet une seconde moitié de nuit chaude.

La bisette, vue de l' intérieur du bar
La Bisette, vue de l’ intérieur du bar

Si ce n’était l’acoustique du lieu qui laisse sans voix lors d’une soirée bien remplie (un problème qui sera bientôt réglé, promettent les gérants), le réaménagement de ce lieu a été un franc succès. Les robes crème d’Address ornaient un aplat couleur fifties : plafonds verts ici, murs rouges là, parfaitement assortis aux néons de l’enseigne et à la piste de danse en train de se faire derrière.

En hommage au nom du lieu (d’où “la bisette”), de petites moulures de bouches en plâtre habillent les murs de nuances graphiques.

Fanny et Laurent Barbier et Yann Serre, les trois associés à qui l’on doit cette nouvelle adresse connaissent tous très bien le quartier, où ils gèrent déjà plusieurs établissements qui peuvent trouver des clients (Il Caffè sur le Cours Julien, Fanette et La Clique dans la Cour Notre Dame Du mont ).

Avec La Bisette, ils espèrent offrir aux trentenaires du quartier étudiant historique un lieu où commencer la soirée par un apéritif dînatoire de qualité, puis créer une ambiance plus festive sans changer de lieu.

Au menu, de petites assiettes (belles céramiques de l’Atelier Franca) éclatent de couleurs et de saveurs au gré de l’humeur et de l’appétit du moment. Pour nous c’était Arrancini speck et scamorza, Panisses sauce olive et rouille, tartare de tartare de yuzu, chantilly à la moutarde, feuilleté de volaille au curry sauce à l’aneth, jambon ibérique et pan con tomate, puisque la carte des vins propose du bon boulodrome local. Même après une répétition de plus, aucune miette n’a été laissée derrière. « Très bon, bon à manger sans faim » dirait un autre.

Heureusement, l’exquise carte de cocktails (dont huit) s’accompagne d’une variété de spiritueux : “clockwork orange” à base de tequila, “zumba” à base de rhum ou “Bolivar” made by Scotia, etc. Les boissons imprudentes se dégustent plus facilement à l’apéritif, et les attentes nocturnes dues à l’affluence peuvent rebuter même les aficionados les plus impatients de ces boissons sucrées.

Le petit plus : les DJ sont souvent invités à “créer l’ambiance” sur la piste de danse. Permettant ainsi a tout le monde de pouvoir alimenté son compte insta avec une petite story.

Précédent

Le Barberousse, un bar à rhums reproduisant une cale de bateau pirate…

La ruche de la rue sainte

Suivant